- 30 Juin 2012 : Creux de la Litorne, Salle Fitoja , le joyau des Bauges !

 

 

C'était notre objectif depuis quelques mois, repoussé plusieurs fois pour cause de météo et autres excuses personnelles plus ou moins valide  .... (peut être la peur ....)

 

 

Bah oui ce fichus trou ayant réputation d'être physique et technique, on s'est mis la pression  .

 

 

Faut dire qu'Olivier et Jack avait passé les grosses difficultés cet hiver en 8h A/R sans atteindre le collecteur à -240m , alors ça nous a mis la pression : 15h ? 20h pour atteindre la fameuse salle  ?

 

 On y est retourné 2 fois pour jouer dans le méandre d'entrée plutôt sélectif (je me suis fais dessus à chaque retour ...et ça sera pas mieux cette fois-ci).

 

Bref ce 30 Juin on se motive et c'est partis .

 

ça commence par une belle série de puits dont le dernier de 40m plein vide est très sympa, moyennant un petit pendule on prend pied dans le méandre bien nommé de "l'épouvantail à moineau",  à -55m  . Celui-ci ce négocie à 10m au dessus du fond  sans assurance bien sur et le tout en oppo plus ou moins glissante, le tout sur une distance de 60m environ ...bref j'ai pas pris de photo , mes mains étant bien occupées  !

 

On franchie ensuite " le col de Cygne" passage nommé ainsi de par sa forme ... déjà plus confortable que le précédent ...

 

Puis vient le second passage clé , un sympathique laminoir haut de 30 cm( allez 45 par endroit , on peut relever la tête mais assez large genre 1 mètre , ce qui le rend assez confortable sur quelques mètre mais au bout de 70 ou 80 mètres ça devient un poil physique et oppressant ...

 

le bonus de ce passage, à mis parcours, étant une "chatière" de 2 mètres de long qui nous oblige a engager un seul bras à la fois et à prier ( surtout pour le dernier ) que ce put...de kit ne s'accroche pas ...le tout avec une petite flaque boueuse qui adoucie la peau, et avec pour seul moteur , une main et 2 pointes de pieds !

 

On se relève ( pas de quoi s'emballer, on ne tient pas debout ) pendant 100 mètres et rebelote un autre laminoir se présente à peine plus hospitalier que le premier  ...

 

Ouf , un peu plus de 2 heures pour être à -100 mètre et à peine 600 mètre de l'entrée ....va falloir garder des forces pour le retour ...mais on sait que le plus dur est fait !

 

Quelques passages encore un peu physique et on prend (enfin !) pied dans le méandre des Huitriers (présence d'huitre fossiles) ou l' on tient enfin debout et de façon assez normale, quoiqu'un peu à l'égyptienne, puis on arrive dans un affluent toujours méandriforme : la rivière des Tiarcelets .

 

Quelques ressauts et autres marmites à franchir ( dans ce sens ça va tout seul !) et nouvelle série de puits ...ça y'est on entend la rivière le collecteur est là !

 

le débit est assez faible mais de grandes marmites profondes nous barrent la route , heureusement et comme prévus de grande mains courantes sont en place pour les éviter . Certaines en piteuses états, seront doublé par nos cordes que nous avons péniblement tirés jusque là ...

 

Enfin la rivière disparait sous les blocs , l'objectif est là devant nous , on trouve le passage  en hauteur et nous voila devant cette fameuse méduse porte d'entrée de la salle tant convoitée !

 

Une grande plage de sable fin , nous somme devant un superbe miroir : la Faille de Fitoja , la rivière s'enfonce sous des blocs et dans un calme absolu nous avançons vers du beau du grand, nos lampes pourtant puissantes n'atteignent pas toujours les parois qui nous entourent ...

 

On se trouve un coin de sable sec et décidons de casser la croute avant d'explorer le reste de la salle , nous avons mis un peu moins de 4h pour arriver ici .

 

Une fois la café avalé , on s'allège et d'un commun accord se décidons pour rester environ 1h ici bas  ...

 

Pas de mots pour décrire la suite,  nous pensions voir des petites zones concrétionnées en fait c'est quasiment toute la salle qui en est pourvu ( + de 400 mètres de long pour +/- 50 mètres de large et de haut en moyenne) , des parois, des plafonds, des piles d'assiettes, des champs de fistuleuse ....

 

 

On y restera + de 2 heures au final , dur de repartir tant le moindre recoin attirent l'œil !

 

Enfin on repart la tête pleine d'image ! déjà 6h sous terre .

 

Le retour sera évidemment plus dur la fatigue remplaçant l'euphorie !

 

les petits ressauts glissants se passent en force et nous sèchent avant même les grosses difficultés. Heureusement notre trio est soudé et nous restons bien groupés, pour se tirer ou se pousser  !

 

On remonte les méandre, sortons de la partie active pour arriver au vilains laminoirs, ça devient de plus en plus dur de tirer sur les bras. On se fait de petites poses, trop courte pour moi qui commence à avoir des crampes, trop longues pour Jack qui se meule, Boubou lui ne dit rien  !!!

 

Arrive enfin la dernière difficulté, le méandre de "l'épouvantail à Doudou" ...l'a changé de nom en cours de route celui là ...les bras en compote, j'entame ce passage que je redoutais déjà pas mal quand ma lampe s'éteint , batterie HS ...gloups pas le bon moment...j'allume ma Tikka , mais c'est un peu faiblard et j'aime vraiment pas ce passage  !

 

Heureusement que mes 2 compères sont là , un qui m'éclaire devant l'autres qui me pousse au cul ...dernier effort pour sortir de ce bazar ! ça y'est reste plus que les 50mètres de puits , une formalité !

 

Il à peu près 22h , et nous sommes enfin dehors 13h après être entré, on plis, on retourne à la voiture en mode zombie  et retour dans la vallée , on s'arrête chez Mat qui avait laissé le barbec. allumé, on se remplie la panse et 1h après ....ZZZZZZZZzzzzzzzzzzzzzzzzzz !

 

 

 

 



14/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres