- 25 novembre 2011 : Canyon de la Tine des Fonds (74)

Quelques jours après avoir descendu Tré la Tête qui était en petite condition, on se retrouve de nouveau pour le second épisode des gros canyons Hauts savoyards, les conditions météo n'ayant pas changées .

 

Direction la Tine des Fonds, dont la réputation de canyon extrême , nous mets un peu la pression ...

 

Ce qui nous motive à y aller c'est qu'une équipe l'a fait ces jours avec un perfo pour réequiper ce qui avait été arraché durant les crues : du coup, peu de risque de sortir la marteau à chaque cascade !

 

Arrivé sur place , un autre (gros) groupe est deja là . Et oui, avec ces conditions rarissimes, ce parcours va voir plus de monde en 15 jours que depuis son ouverture...

 

On les laisse partir, histoire de ne pas se meuler à attendre à chaque cascades

( Air : -2°C / Eau : glaciale !) .

 

3 cascades franchies , et première surprise , nos prédécesseurs ont gentiment abandonné une corde espérant qu'on leur ramenerait , comme si nos 3 sacs n'etaient pas deja pleins ....(je la troquerai quelques jours plus tard contre un pack de bières ...)

 

 

 

Au final, un gros canyon aquatique mais sans réel danger avec ce débit, mais un engagement certain du fait qu'il n'y ai qu'un seul echappatoire et à 200m de la fin ....

 

Bon et surtout je tire mon chapeau à Vince qui au "CRAC" dit s'être "bien tordu" la cheville dans les cailloux en marchant sous le rideau d'eau d'une cascade  .

 

Sur le coup il gueule , genre je me suis vraiment fait mal, puis refuse qu'on le soutienne et nous la joue berger des canyons avec son baton. Il enchainera encore 3-4 rappels sur les genoux, 2-3 oppos pour passer des ressauts, 2 sauts et pas mal de nage dans l'eau glacée pour éviter de marcher et finira par sortir comme un grand au seul endroit possible : juste avant la fin , par une pente raide, délitée et encombré d'allumettes géantes .

 

On boit une ptite soupe chaude en le surveillant puis on finit le dernier encaissement sans lui avant de remonter le chemin pour le retrouver boitillant sur le sentier d'approche, il a très mal  ....

 

Le lendemain après une nuit difficile, il va au urgence , la cheville à triplé de volume ...

 

Verdict : Fracture complète du perroné .....

 

Un Guerrier le Vince !  Et nous, pour le coup, un peu honteux de l'avoir laisser sortir seul...

 

1 mois après il est toujours platré ....mais pressé de pouvoir de nouveau canyonner ....!



19/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres